Grossir la taille du texte Diminuer la taille du texte Imprimer cette page

Cette rencontre intitulée : "Comment mettre en oeuvre un projet culturel dans un territoire rural ?" a réuni quelques 125 personnes à l'Ecole de musique intercommunale Manu Dibango à Beaurepaire (38).

 

Elle a été organisée en partenariat avec la Direction régionale des affaires culturelles Auvergne-Rhône-Alpes, en collaboration avec l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (Arald), avec le soutien de la Communauté de communes du Territoire de Beaurepaire.



Pastille vidéo de la rencontre

Interview intégrale de Pierre-Antoine Landel


Animation de la rencontre 

 

Cette rencontre professionnelle a fait l'objet d'une animation interactive avec les participants. Des temps d'échanges entre participants et des relevés d'enjeux pour la mise en oeuvre d'un projet culturel en milieu rural ont été produits.

Sur cette page, vous trouverez les documents liés aux différentes interventions ainsi que diverses ressources pour aller plus loin.


Contexte de la rencontre

À partir d’une étude réalisée par le Département des études et de la prospective du ministère de la Culture sur la base du travail réalisé en 2011 par la DATAR présentant le nouveau visage de la France rurale, la DRAC alors Rhône-Alpes, en partenariat avec les autres services de l’État concernés et les collectivités régionale et départementales, a engagé une démarche expérimentale de développement de l’éducation aux arts et à la culture à l’échelle d’intercommunalités essentiellement rurales, relayant ainsi la priorité nationale qui vise à corriger les inégalités sociales et territoriales d’accès aux arts et à la culture.
Début 2014, des rencontres ont eu lieu avec la plupart des exécutifs de ces EPCI pour exposer finalités, objectifs, méthode et calendrier.

De juin à septembre, 35 territoires ont candidaté pour négocier et conclure avec l’État et les partenaires une convention de développement de l’éducation aux arts et à la culture susceptible de bénéficier à leurs habitants de tous âges et de toute condition (25 aujourd’hui, suite à des regroupements). Parallèlement, 21 cadres de la DRAC se sont portés volontaires et ont été formés pour être référents d’un de ces EPCI avec pour mission première de conduire au nom de l’État la négociation de la convention.
L’objectif est de donner les clés pour désirer, comprendre et s’approprier les champs culturels et artistiques, à des populations éloignées non seulement géographiquement mais surtout économiquement et socialement de l’offre culturelle.
Les populations concernées étaient et restent les suivantes :

  • celle d’âge scolaire avec une articulation impérative entre temps scolaire, périscolaire et extra scolaire ;
  • tous les (autres) âges de la vie, notamment dans une approche intergénérationnelle.

 

Depuis fin 2014, la DRAC a missionné La Nacre pour accompagner son action en direction de ces territoires. Cette rencontre en constitue l’un des maillons. Son objet était de réunir, au-delà des seuls territoires prioritaires, les acteurs de territoires ruraux, élus, techniciens et acteurs culturels, pour réfléchir ensemble :

  • aux modalités que peut revêtir l’action artistique et culturelle sur des territoires parfois éloignés des services culturels que procure la proximité avec une aire urbaine ;
  • aux actions collectives que pourrait proposer La Nacre pour accompagner les différentes parties prenantes du développement culturel sur ces territoires.

 

Cette journée d’échanges s'est appuyée notamment sur des expériences ayant déjà produit des effets et des projets en cours.

 

> Voir l'intervention de Jean-François Marguerin : L'équité territoriale et la démocratisation de l'accès aux arts et à la culture, comprise dans sa diversité, comme finalités d'une politique culturelle profondément renouvelée.


Programme de la journée

 

Mots d'ouverture / 

> Christian Nucci, ancien Ministre, membre honoraire du Parlement, président de la Communauté de communes du Territoire de Beaurepaire

 

>  Jacqueline Broll, directrice du Pôle Action culturelle et territoriale - DRAC Auvergne - Rhône-Alpes

 

 

 

Approche problématique du développement culturel des territoires /

  • Par Pierre-Antoine Landel, enseignant-chercheur (PACTE), maître de conférences à l’Université Joseph Fourier de Grenoble.

> Présentation de son intervention

 

 

Temps d'échanges. Relevé des enjeux pour la mise en oeuvre d'un projet culturel en
milieu rural / 

> Carte mentale du relevé des enjeux.

 

Table ronde interactive sur la base du relevé des enjeux établi précédemment : Pourquoi et comment miser sur la culture pour développer un territoire ? /

Animée par Yann Crespel, association « Dans le Même Bateau » (Presles 38)

Témoignage vidéo introductif autour de « l’école du blog », par la compagnie Carcara, retenue pour conduire un projet artistique sur le territoire de Beaurepaire qui croise les arts et explore de nouvelles formes de participation du public.

  • Hélène Ninerola, metteur-en-scène de la compagnie Carcara, en résidence sur Bièvre Valloire en 2015-2017.
  • Pierre-Antoine Landel, enseignant-chercheur (PACTE), maître de conférences à l’Université Joseph Fourier de Grenoble
  • Antoine Choplin, écrivain et directeur artistique de Scènes Obliques (festival de l’Arpenteur) dans le Grésivaudan
  • Sylvie Dézarnaud, vice-présidente culture & patrimoine de la Communauté de communes du Territoire de Beaurepaire, conseillère départementale du département de l’Isère

 

Ateliers participatifs / 

Atelier 1 : Quelle mobilisation des acteurs autour d'un auteur ?
Un exemple : La résidence d’un écrivain membre de l’OULIPO en Pays de Bièvre-Valloire
Sous la coordination du Syndicat Mixte du Pays de Bièvre-Valloire, le territoire comporte 70 communes réparties dans trois communautés de communes de l’Isère, dont la Communauté de communes Bièvre-Est qui porte ce projet. La médiathèque la Fée Verte, située sur la commune du Grand Lemps, accueille l’artiste.
L’écrivain a proposé à l’automne 2015 des lectures, ateliers d’écriture et performances auprès de différents types de publics, enfants des écoles primaires, jeunes, adultes… dans différents lieux du territoire.

  • Eduardo Berti, écrivain
  • Anne Willemez, directrice du service «développement culturel» de la Communauté de communes de Bièvre Est, directrice de la médiathèque intercommunale La Fée Verte

 

Atelier 2 : Résidence de spectacle vivant versus permanence artistique, des processus et impacts différents ?
Un exemple : Format, création d’un territoire de danse en Ardèche
L’association Format a pour but la promotion et le développement de la danse contemporaine en Ardèche auprès d’un large public, par l’intermédiaire d’actions d’envergure nationale, voire internationale : créations d’événements et d’un festival, production de spectacles, actions pédagogiques et de transmission, aide aux artistes, résidences, mise en réseau, diffusion itinérante…
Ses trois axes fondateurs :
1. Le territoire : territoire de danse, territoire géographique (enclavé et accidenté), et surtout territoire de création.
2. Le public : Format travaille à générer des contextes autour et sur la création, pour le public comme pour les artistes, cultivant les affinités pour un territoire
populaire et poétique.
3. L’artiste : les résidences mises en place sont voulues comme un véritable compagnonnage, avec un engagement de l’artiste invité en connexion permanente
avec des questions de réalités politique et de terrain.

  • Sophie Gérard, artiste chorégraphique et coordinatrice générale

 

Atelier 3 : Comment le patrimoine peut-il impulser une dynamique pour la population locale ?
Un exemple : Le Pays d’art et d’histoire du Vivarais méridional.

Ce territoire de 38 communes regroupe quatre communautés de communes d’Ardèche réunies dans le Syndicat Mixte du Vivarais méridional. Le label a été attribué en juillet 2011 par le ministère de la Culture et de la Communication sur la base d’un patrimoine riche et varié, qui comprend plus de 80 éléments protégés au titre des Monuments historiques.
Il développe quatre missions :
1. Mieux connaître et valoriser le patrimoine sur l’ensemble du territoire ;
2. Promouvoir la qualité architecturale, urbaine et paysagère pour préserver le cadre de vie ;
3. Sensibiliser l’ensemble de la population, et notamment les plus jeunes, à ce patrimoine et ce paysage ;
4. Développer un tourisme patrimonial et culturel.

  • Isabelle Chavanon, animatrice de l’architecture et du patrimoine du Pays d’art et d’histoire du Vivarais méridional

 

Vers un bilan d'étape de la politique en faveur des territoires ruraux prioritaires mise en place en ex Rhône-Alpes /

  • Claire Delfosse, professeur de géographie à l’Université Lyon 2, directrice du Laboratoire d’études rurales, en présence de Pierre Le Gall et Léo Sinigaglia, chargés de l’étude d’évaluation.

> Déroulé de son intervention.

 

Conclusion /

 

 

Liste des participants

> Voir la liste


Pour aller plus loin

> Développement culturel des territoires ruraux. Avril 2016.
Télécharger cette fiche Mémo : ici.

 


Images de la rencontre

Ressources et thématiques